Wonder Woman: Warbringer

DC Icons tome 1, Wonder Woman: Warbringer de Leigh Bardugo

Sisters in battle, I am shield and blade to you. As I breathe, your enemies will know no sanctuary. While I live, your cause is mine.

Leigh Bardugo sait tout faire. Une histoire de super-héros, ça change pas mal de ses autres ouvrages. Pourtant, elle y parvient sans effort. Elle a su s’approprier l’histoire de Wonder Woman avec beaucoup de style, de fraîcheur et d’humour. À chaque fois que je referme un livre de Leigh, j’en reste bouche bée. C’est exactement ce qu’il s’est passé avec Wonder Woman: Warbringer.

J’ai vu le film Wonder Woman plus tôt cette année et pour ceux qui se poseraient la question : non, ce n’est pas du tout la même chose. Il n’y a vraiment aucun lien entre les deux si ce n’est, bien sûr, les fondations de l’histoire (c’est-à-dire que Diana est bien une Amazone, qu’elle vit sur l’île de Themiscyra, etc).

Diana, notre jeune héroïne, est la princesse des Amazones. Cependant, elle ne se sent pas encore bien intégrée parmi les autres Amazones. Mais c’est en sauvant une humaine venue s’échouée sur son île que Diana va pouvoir prendre son futur en main. Elle découvre qu’Alia, l’humaine qu’elle vient de sauver, est une Warbringer : c’est-à-dire qu’elle engendre des conflits malgré elle, partout où elle va. Diana se lance alors dans l’aventure la plus incroyable qui soit. Elle va tout faire pour empêcher la destinée d’Alia de se réaliser et ainsi, sauver le monde d’une terrible guerre.

Ça ne m’a pas vraiment choquée, mais je pense qu’il est important de noter que Diana n’est pas réellement le centre de l’histoire. Les projecteurs étaient davantage dirigés vers Alia et ses amis.

De toute façon : j’ai adoré TOUS les personnages. Je ne sais pas comment Leigh Bardugo arrive à nous proposer des casts aussi larges et aussi divers, composés de fabuleux personnages. En tout cas, elle le fait avec naturel dans tous ses livres, et elle l’a refait dans Wonder Woman: Warbringer.

Les dialogues sont tellement géniaux. Ce livre est rempli d’humour et de répliques bien trouvées mettant en valeur la force féminine. C’était vraiment une lecture HYPER agréable et satisfaisante. De l’action, des personnages adorables, une quête épique à la Rick Riordan, c’est ça qu’on aime !

Il n’y a pratiquement pas de romance, mais j’ai adoré le peu qu’on ait eu. C’était trop chou ! Jusqu’à ce que l’auteure m’arrache le cœur avec ce dernier retournement de situation.

J’aurais donné la note maximale avec joie si je n’avais pas trouvé que l’un des plot-twist était un peu trop soudain et inattendu. Oui, je sais, vous allez me dire que c’est le BUT d’un plot-twist, mais celui-ci n’a pas été fait de la meilleure des façons. Il aurait fallut que les indices dans le bouquin soient un peu plus marqués (sans pour autant nous spoiler, évidemment) parce que j’avais vraiment l’impression que ce dernier coup de théâtre sortait de nulle part !

Spoiler (cliquer pour révéler)

Je parle de la trahison de JASOOOOON. No me gusta.

En plus, je suis désolée, mais j’ai trouvé le moment Jason x Diana trop choupinou et je ne suis pas d’accord avec son côté diabolique.

Et je n’ai pas vraiment compris ses motivations. Enfin, si. J’ai compris. Mais c’est juste que je trouve ça un peu tiré par les cheveux, j’ai du mal à y croire qu’il ait fait tout ça pour devenir le héros de sa propre histoire ?? Whut.

Une lecture à la hauteur de mes attentes. J’ai adoré Wonder Woman: Warbringer et j’en veux PLUS. Je veux PLUS de Alia, de Theo et de Nim et de tout le monde !

Commentaires

Soyez le premier à partager votre avis sur cet article !

reCaptcha logo

Ce site est protégé par reCAPTCHA.
Les règles de confidentialité et les conditions d'utilisation de Google s'appliquent.