The Scorpio Races

The Scorpio Races de Maggie Stiefvater

It is the first day of November and so, today, someone will die.

Je savais que j'avais besoin d'un roman signé Maggie Stiefvater pour me remettre dans le droit chemin (ça fait plusieurs fois que j'abandonne des lectures à la suite, je commençais à désespérer…). Ayant adoré sa tétralogie The Raven Cycle, il fallait que je mette la main sur celui-ci et The Scorpio Races ne m'a définitivement pas déçue.

J'ai adoré l'ambiance de ce livre. Stiefvater a une plume que j'aime tout particulièrement car elle parvient à nous faire ressentir tellement de choses et à créer une atmosphère unique. On dirait qu'on peut toucher et sentir tous les petits détails de son univers parfaitement construit ! The Scorpio Races nous offre un cadre plutôt paisible mais qui regorge, en vérité, de dangers. On jonglait sans cesse entre les moments calmes et les moments sous tension. C'était très réussi.

On suit l'histoire de Sean Kendrick et Puck Connolly, nos deux jeunes protagonistes, sur la petite île de Thisby. Sur cette île se déroule les Scorpio Races, des courses de chevaux qui ne manquent pas de faire, chaque année, des morts et des blessés. En effet, les participants montent principalement des capaill uisce, des chevaux mythiques qui viennent de l'océan. Plus puissants et sauvages que des chevaux normaux, les capaill uisce sont très difficiles à dresser et il impossible de leur faire confiance. Encore moins lorsqu'ils s'approchent de la mer car c'est là qu'ils perdent tout contrôle et que leurs pires instincts ressortent : ils sont alors irrésistiblement attirés par l'océan et son prêt à tout pour y retourner, y compris… tuer leur cavalier.

Cela fait quatre ans d'affilée que Sean remportent les courses avec son capall uisce nommé Corr. Pour lui, la question ne se pose pas : il participera aux courses quoi qu'il arrive. Quant à Puck, c'est la toute première fois qu'elle va y entrer, mais ce n'est pas tout ! Puck sera la première fille à participer aux Scorpio Races, des courses exclusivement masculines. Même si aucune règle ne lui interdit de concourir, Puck devra surmonter de nombreux obstacles et notamment la discrimination des sexes pour parvenir à ses fins.

I say, “I will not be your weakness, Sean Kendrick.”
Now he looks at me. He says, very softly, “It's late for that, Puck.”

J'ai adoré les personnages ! Je n'en attendais pas moins d'un livre de Maggie Stiefvater. Sean et Puck ont l'air tellement réels, ils sont super bien développés. J'ai adoré leur personnalité. Individuellement, ils son géniaux : Sean est tout calme, je le trouvais presque mystérieux car il ne parlait pas beaucoup et je me suis vraiment identifiée à lui ; Puck est quant à elle, une jeune fille forte et déterminée. ENSEMBLE, ils sont encore plus adorables que tout : Sean et Puck ont des personnalités bien différentes, mais ce qui les unit, c'est leur amour pour les chevaux et pour l'île sur laquelle il vivent depuis toujours. Ils se rapprochent très lentement mais sûrement au fil des pages et c'était la meilleure des choses qui soit. Aaah, je les aime trop. On ne peut pas parler de romance avec eux : il y a simplement un lien très fort entre eux. C'était tellement beau de voir leur amitié progresser et même… évoluer. C'était très subtil, très doux. J'adore. Ils avaient une telle alchimie, impossible de ne pas les shiper, ahah. J'ai beaucoup aimé les personnages individuellement, mais je n'attendais qu'une chose : les passages où ils se retrouvaient ensemble !

Leurs rapports avec leur monture était juste… merveilleuse. J'aime tellement les livres où les personnages ont une forte connexion avec des animaux (je pense à la trilogie The Lotus War de Jay Kristoff par exemple). The Scorpio Races, c'est exactement ça. Sean est très attachée à son capall uisce, Corr, malgré le fait que celui-ci soit un redoutable prédateur de nature. Et Puck avec sa jument Dove… ahlala, c'était tellement beau ! Je n'ai pas les mots !

Seule petit point d'ombre pour moi : les courses ont débutées un peu tard dans le bouquin. Après je comprends que ce n'était pas censé durer dix mille ans, mais je ne sais pas, j'aurais voulu que ça prenne une plus grande place dans le livre ! D'un autre côté, on voyait vraiment que c'était le point culminant de l'histoire et les courses étaient parfaitement décrites. C'était captivant, haletant et angoissant. Le suspens était bien sûr à son comble. Et je n'aurai pas rêvé mieux comme dénouement !

Commentaires

Soyez le premier à partager votre avis sur cet article !

reCaptcha logo

Ce site est protégé par reCAPTCHA.
Les règles de confidentialité et les conditions d'utilisation de Google s'appliquent.