The Girl in the Tower : conte de fées, sorcellerie et féminisme

Winternight Trilogy tome 2, The Girl in the Tower de Katherine Arden

Every time you take one path, you must live with the memory of the other: of a life left unchosen. Decide as seems best, one course or the other; each way will have its bitter with its sweet.

The Girl in the Tower est un livre incroyable et magique et magnifique et poignant. J'ai été transportée. C'est le second tome de la série Winternight Trilogy et c'est toujours une agréable surprise pour moi de découvrir qu'une série s'améliore au fur et à mesure.

J'ai juste tout aimé. Ce livre est un coup de cœur et en rédigeant cet article, croyez-moi que je me suis déjà jetée sur le troisième tome de la série. Yeah, it's that good.

Je me souviens d'avoir aprécié The Bear and the Nightingale (le premier tome) mais que j'avais eu du mal à m'adapter au rythme du livre que j'avais trouvé assez lent. J'avais un avis principalement positif mais avec quelques réserves à ce sujet.

Je suis donc très ravie de pouvoir affirmer ne pas avoir été dérangée par cet aspect-là durant ma lecture. C'était juste un pur bonheur. J'étais tellement investie dans l'histoire oh my god. Il y avait peut-être davantage d'action ? Ou peut-être que je me suis tout simplement accoutumée au rythme particulier du récit ? Dans tous les cas, le résultat est le même : j'ai adoré.

La plume de l'auteure est toujours aussi enivrante et élégante. Ses livres se lisent comme de véritables contes de fées. Ils sont remplis de magie, de croyances, de dieux, de démons et autres créatures mystiques, et tout cela, dans un univers de neige et de glace. Sublime !!

gif

Même si le surnaturel est présent, il ne faut pas oublier que la série prend place dans un contexte historique bien réel (ce livre en particulier se déroule à Moscou) et c'est juste tellement intéressant ! L'auteure dépeint des scènes de l'époque avec aisance et habileté, en y incorporant des éléments issus des contes populaires russes. C'est très dépaysant mais si captivant.

Vasya est devenue l'une de mes héroïnes préférées de tous les temps. Son évolution en l'espace de ces deux derniers tome est bluffante.

Suite aux évènements qui ont eu lieu dans The Bear and the Nightingale, Vasya décide de partir à la découverte du monde qui s'offre à elle. Accompagnée de sa fidèle monture, Vasya et Solovey bravent le grand froid de Russie et les dangers de la forêt, puis parviennent finalement à Moscou.

J'aime tellement la relation entre Vasya et son cheval, ils sont juste adorables. Solovey est absolument incroyable et majestueux et drôle et il adore manger !!! #canrelate Surtout du porridge !!!

Et Vasya ! Vasya est phénoménale. She's my spirit animal. Elle est toute gentille, toute mimi mais qu'est-ce qu'elle est badass par contre. Mon dieu, je suis en admiration. Elle est forte, intelligente, humble, indépendante. A feminist icone.

Rien qu'au début du livre, elle parvient à sauver des jeunes filles kidnappées par des bandits… à elle seule (avec l'aide de Solovey of course). Aussi, elle se déguise en garçon pour pouvoir être libre de faire ce qu'elle veut et elle devient une célébrité dès son arrivée à Moscou parce qu'elle épate tout le monde !! Vasya est vraiment trop inspirante and that's a fact.

Beaucoup de choses se sont passées dans ce livre et je me suis délectée de chaque drama et de chaque scène où Vasya trouvait une autre façon de me surprendre et me faire stresser parce qu'elle est beaucoup trop téméraire et AAA. J'étais si anxieuse pour elle à des moments. J'avais envie de lui dire "écoute, assieds-toi deux minutes, bois une tasse de thé, fais une sieste, lis un livre ou ce que tu veux mais juste : mon cœur va exploser si tu continues de faire des trucs braves et courageux et improbables toutes les deux secondes alors RESPIRE STP."

Ce que j'ai adoré dans The Girl in the Tower, c'est aussi la complexité des personnages ainsi que leurs relations. I love it.

Par exemple, la relation qu'entretient Vasya avec sa famille (son frère Sasha, sa sœur Olga et même sa nièce Marya) m'a remplie de joie. L'amour qui les unit est si fort ! C'était frustrant de les voir ne pas s'entendre au début, surtout qu'ils ne savent rien du monde surnaturel qui les entourent, et les voir douter de Vasya m'a fendu le cœur. Mais on comprend rapidement que cela n'empêche pas leur loyauté envers elle. En effet, ils acceptent tout de même de jouer le jeu devant le Grand Prince de Moscou pour garder son secret. (Vasya se fait passer pour un garçon, je vous le rappelle !)

Mais ce livre ne serait pas ce qu'il est sans le dieu de la mort : Morozko. Il paraît si mystérieux, si inatteignable mais dans The Girl in the Tower, il est plus proche de Vasya que jamais.

Hihihihihi. *rire hystérique*

Happy Chris Pratt GIF

Morozko est froid et distant mais on aperçoit un côté doux et tendre derrière sa façade de glace et c'est la meilleure chose qui soit. Sa relation avec Vasya est si précieuse. HE'S SO SOFT. J'ai adoré en apprendre un peu plus sur lui, ses pouvoirs et ses intentions car c'était assez brumeux dans le tome précédent.

Je… ship ?

Bref, ce tome était rempli d'action, de révélations, de trahisons, de magie et de sorcellerie, d'amour et de haine, de victoires et de défaites. Et j'en ai dévoré chaque miette. Un délice.

Commentaires

  • Perrine

    Ok, je crois que cet article m'a décidé à me jeter dans cet univers dès que j'aurai terminé Extincta ! J'ai lu dieu de la mort mélangé à moscou et femme qui se déguise en homme, je DOIS lire ce livre !

    • Soline

      Mdrr ça y est, tu es convaincue ! Tu me diras ce que tu as pensé de cette série 😍

reCaptcha logo

Ce site est protégé par reCAPTCHA.
Les règles de confidentialité et les conditions d'utilisation de Google s'appliquent.