The City Of Brass

The Daevabad Trilogy tome 1, The City Of Brass de S.A. Chakraborty

J’ai été transportée par The City of Brass dès les premières pages. Je ne m’attendais pas à découvrir une histoire aussi envoûtante que celle que nous offre S.A. Chakraborty dans ce livre. Une des meilleures surprises de 2017 ! J’ai hâte de voir où tout cela va nous mener dans le second tome de cette toute nouvelle trilogie.

The City of Brass était une lecture magique et dépaysante qui s’inspire de la mythologie arabe et de l’histoire du Moyen-Orient. Au 18e siècle, Égypte, Nihra est une jeune fille qui gagne sa vie en trompant les plus naïfs sur ses supposés pouvoirs de voyante et de guérisseuse. Mais lors de l'une de ses mises en scène, Nahri invoque accidentellement un véritable guerrier djinn. Forcée d’admettre que la magie existe dans ce monde, Nahri et le djinn, Dara, se mettent en route vers Daevabad. Il s’agit d’une ville peuplée de djinns et autres dangereuses créatures où les rivalités entre les clans font trembler les murs dorés de la cité légendaire.

Déjà, je m’arrête deux secondes sur les prénoms PARCE QUE. J’adore celui de Nahri ! Ça commence plutôt bien, ahah. J’avoue cependant que dans l’ensemble, il y avait pas mal de noms/mots pas évidents à prononcer. Un guide sur les prononciations aurait été le bienvenu parce qu’il y a des fois où dans ma tête ça faisait “zjakrdcojqb”. Néanmoins, un glossaire à la fin du livre est mis à notre disposition afin d’avoir quelques explications sur certains termes techniques. C’est déjà ça !

Au-delà des prénoms, je peux vous dire que j’ai adoré Nahri mais également les autres personnages de ce livre ! Dara et Ali sont tout aussi géniaux. On fait également la rencontre d’autres personnages mais je trouve que c’était eux les plus développés.

BREF. Je me suis beaucoup attachée à eux durant ma lecture. Heureusement, parce que c’était un bouquin assez conséquent et si je ne m’attache pas un minimum aux personnages, c’est que c’est fichu.

Au début, on suit davantage Nahri et Dara durant le voyage dans le désert pour rejoindre Daevabad. Inutile de préciser que leur route est semée d’embûches. Ahlala, Nahri et Dara… je les aime trop. Leur relation s’est construite lentement. Il y avait pas mal de ressentiment entre eux au départ, puis, petit à petit, ils ont commencé à se faire confiance l’un et l’autre. Ça ne s’est pas fait en un claquement de doigts, ce que j’ai fortement apprécié.

La romance est également assez subtile. Moi qui ne suis en général pas trop fan de cet aspect dans les livres, j’ai été agréablement surprise. Je peux vous dire que JE SHIP HARD. Leur relation s’est un peu complexifiée vers la fin ce qui m’a un totalement brisé le cœur puisque je n’ai pas envie de perdre un ship aussi tôt !

Concernant Ali, mon histoire avec ce personnage est un peu plus compliquée ! Au début, je ne voyais pas l’intérêt de son point de vue. Je m’ennuyais carrément durant ses chapitres qui n’avaient aucun lien avec ceux de Nahri. En effet, Ali est le fils du roi de Daevabad donc on le voyait faire sa vie dans la cité. Rien avoir avec la traversée du désert de Nahri et Dara.

Le début du bouquin était hyper captivant, mais arrivée vers le milieu, je trouvais de plus en plus de longueurs au livre surtout à cause des chapitres de Ali. J’admets que c’est pendant ces passages que j’ai un peu perdu foi en ma lecture. Je voulais que ça BOUGE. Je voulais comprendre ce qu’il se passait avec Ali ! Je voulais une INTRIGUE ! Bref, durant la partie du milieu, j’ai cru que ma note ne serait pas plus élevée que 3 étoiles….

Parce que OUI. Ce qui m’a le plus manqué, c’était une intrigue digne de ce nom. J’ai du mal avec les bouquins dont l’histoire n’a pas de réel objectif à part de suivre la vie des personnages… et c’est exactement ce qu’il se passe dans The City of Brass. Heureusement que les chapitres de Nahri étaient captivants, la plume de l’auteure addictive et que le world-building était fantastique parce que sinon je ne pense pas que j’aurai continué.

En revanche, il y a bel et bien une intrigue politique complexe concernant les populations minoritaires vivant au sein de Daevabad. Par ailleurs, cela reflétait en quelque sorte notre propre société. C’était assez intéressant mais pas assez pour remplir le livre !

DON’T WORRY. Une fois que Ali et Nahri sont ENFIN réunis, tout s’arrange. Ma lecture est redevenue aussi passionnante et entraînante qu’elle l’était au tout début, lorsque j’ai été happée dans les premières pages de cet univers étonnant.

La relation d’amitié entre Nihra et Ali est juste merveilleuse. Elle aussi s’est construite progressivement et j’ai adoré les voir changer d’avis peu à peu l’un sur l’autre, ahah. C’était super touchant. Je suis tellement contente qu’il n’y ait pas eu de triangle amoureux ! Parce que c’est ce à quoi je m’attendais en comprenant que Ali était le prince de Daevabad. Avouez que vous aussi vous vous attendiez à ça. EH BIEN NON. Une vraie relation d’amitié fille-garçon, ça existe ! YESSS.

Vous l’aurez compris, The City of Brass nous offre des personnages complexes ainsi que relations complexes et peu banales entre eux. C’était très rafraîchissant.

La fin était épique et sanglante à souhait. J’ai adoré. Elle valait, à elle, seule 5 étoiles. Elle m’a presque fait oublier l’ennuyeuse partie du milieu. J’ai tout de même fait la moyenne entre les deux notes pour vraiment rendre compte de l’ensemble du livre ce qui explique mon 4/5.

Parfait pour les fans de Rebel of the SandsThe Forbidden Wish et An Ember in the Ashes. Si vous recherchez de la diversité dans un livre de fantasy avec un merveilleux world-building, des intrigues politiques et des personnages complexes et attachants, une belle romance qui ne prend pas le dessus sur l’histoire, des créatures aussi dangereuses que légendaires tout droit sorties de la mythologie arabe, des combats épiques et une atmosphère magique, merveilleuse et captivante, sachez que City of Brass existe et que ce livre est fait pour vous.

Commentaires

Soyez le premier à partager votre avis sur cet article !

reCaptcha logo

Ce site est protégé par reCAPTCHA.
Les règles de confidentialité et les conditions d'utilisation de Google s'appliquent.