Flame in the Mist

Flame in the Mist tome 1, de Renée Ahdieh

Be as swift as the wind. As silent as the forest. As fierce as the fire. As unshakable as the mountain. And you can do anything…

Quel magnifique livre. Flame in the Mist fut, pour moi, un coup de cœur ! La plume de l'auteure est divine, les personnages complexes et attachants, l'intrigue addictive… que demander de plus ? Je ne mets peut-être pas la note maximale, mais je pense que lors de ma relecture (car il est certain que je relirai Flame in the Mist), je n'hésiterai pas à l'augmenter. J'ai vraiment apprécié ma lecture du début à la fin.

L'histoire se situe dans un univers inspiré de la culture japonaise. L'atmosphère y est à la fois sombre et magique, et les décors somptueux. J'avais, à chaque fois, très hâte de reprendre ma lecture rien qu'à l'idée de me replonger dans ce monde envoûtant.

gif

Je pensais que j'aurais affaire à un conte revisité de Mulan, mais pas du tout. Le seul point commun entre les deux histoires est que l'héroïne principale (ici, Mariko) doit se déguiser en homme afin d'intégrer le Black Clan. Tout le reste n'avait rien à voir avec le conte. Bien qu'étant entrée dans l'histoire avec certaines attentes, je n'ai cependant pas été déçue du résultatFlame in the Mist s'est même révélé être mieux que ce que je pensais ! En effet, j'avais déjà tenté de lire la première duologie de Renée Ahdieh (The Wrath and the Dawn) sans succès car je n'avais pas accroché aux personnages, ni au style d'écriture (je trouvais qu'il y avait trop de dialogues…) ; j'avais donc quelques réticences au sujet de son nouveau bouquin… et je suis très heureuse de lui avoir donné une seconde chance parce que WAOU.

Alors que Mariko est en chemin pour rencontrer son fiancé au palais impérial, son convoi est attaqué par les bandits du Black Clan. Seule survivante, Mariko décide alors d'infiltrer le Black Clan afin de comprendre pourquoi ils ont voulu la tuer et se venger. Mais tout ne se passe pas comme prévu : Mariko commence à apprécier cette nouvelle vie où elle se sent acceptée et reconnue pour ses compétences intellectuelles et ses capacités…

True weakness is weakness of the spirit.

La seule petite chose qui ne m'a pas trop convaincue, c'est l'argument trouvé pour justifier la décision de Mariko d'infiltrer le Black Clan. Au lieu de chercher de l'aide ou de retourner auprès de sa famille (comme tout personne saine d'esprit si je puis me permettre), Mariko décide d'intégrer un groupe de dangereux bandits hors-la-loi surentraînés qui ont tenté de l'assassiner afin de les détruire de l'intérieur… #crédible

gif

Bref, c'est le SEUL point négatif que j'ai trouvé. Donc en fait, tout va bien ! Au début, j'avais un peu de mal à m'y faire (faut dire que toute l'histoire se base sur ce choix) mais au final, ça ne m'a pas empêchée d'adorer tout le reste.

Le Black Clan était la meilleure chose qui soit. J'ai adoré en apprendre plus sur eux, sur leurs membres mais aussi sur la sombre forêt qui les abrite. Avec des Yōkai et des arbres mangeurs d'hommes, le Black Clan n'est pas la seule chose à redouter dans les parages ! Et plus Mariko tente de percer les secrets du Black Clan, plus ses doutes grandissent à l'égard de leur véritable nature. Sont-ils réellement les méchants de l'histoire ?

Entre intrigue haletante, trahisons, secrets et révélations, on ne sait plus où donner de la tête ! J'ai été happée par l'histoire et impossible de décrocher.

Les personnages avaient une toute aussi grande place dans l'histoire et je les ai tous adorés, mêmes les personnages secondaires. Leurs personnalités étaient toutes complexes et intéressantes. J'ai notamment aimé celle du frère jumeau de Mariko, Kenshin. On voit qu'il tient énormément à sa sœur et qu'il fait tout pour la retrouver, mais il doit également combattre ses propres démons…

Mes préférés restent sans aucun doute Mariko et Ōkami. PARCE. QUE. JE. SHIP.

Mais vraiment beaucoup.

Beaucoup.

gif

La liste de mes couples favoris s'agrandie avec ces deux personnages merveilleux. Ahlala. Je suis tellement contente de la manière dont tout s'est déroulé. Renée Ahdieh a parfaitement maîtrisé le développement de la relation entre Mariko et Ōkami. Ça faisait longtemps que je n'en avais pas vu des aussi géniales. Bye-bye instalove, bonjour relation construite et torride et tellement rafraîchissante et unique et wow. L'alchimie entre les deux était juste magique. Le fait que Mariko soit d'abord déguisée en homme a un peu freiné le cours des choses mais, pour moi, c'est loin d'être une déception. Je trouve même que ç'a permis de casser les barrières de la catégorisation. Ōkami est attiré par Mariko avant même de savoir que c'est une fille. Pour lui, elle avait quelque chose de spécial, quelque chose qu'il n'arrivait pas à déterminer… mais quelque chose en plus. Bien sûr, en comprenant quelle était sa véritable identité, il n'y a plus eu aucun doute quant à ses sentiments !

Le dernier aspect que j'ai beaucoup aimé dans Flame in the Mistc'est le caractère féministe de l'histoire que l'on voit surtout à travers le personnage de Mariko. Son but, tout au long du récit, est de gagner la confiance du Black Clan, mais il s'agit en parallèle d'une lutte pour se faire entendre, pour prouver que les femmes sont aussi capables que les hommes.

I’ve never been angry to have been born a woman. There have been times I’ve been angry at how the world treats us, but I see being a woman as a challenge I must fight. Like being born under a stormy sky. Some people are lucky enough to be born on a bright summer’s day. Maybe we were born under clouds. No wind. No rain. Just a mountain of clouds we must climb each morning so that we may see the sun.

Commentaires

Soyez le premier à partager votre avis sur cet article !

reCaptcha logo

Ce site est protégé par reCAPTCHA.
Les règles de confidentialité et les conditions d'utilisation de Google s'appliquent.