Westworld, saison 3 : la série embrasse pleinement son côté sci-fi

Westworld saison 3, de Jonathan Nolan et Lisa Joy

Welcome to the end of the game.

On ne reconnaît presque plus la série. Dans cette saison, nous sommes plongés dans un univers totalement futuriste. Adieu les cowboys et les indiens ; bonjour les IA diaboliques, les simulations en réalité virtuelle et les robots tueurs.

Les créateurs de la série ont pris des risques en nous proposant quelque chose qui diffère presque en tout point par rapport à ce que l'on a déjà vu. Je ne suis pas déçue du résultat. Westworld a su se renouveler à merveille en nous proposant une intrigue et des personnages toujours aussi complexes avec des décors et des effets à couper le souffle, accompagnés bien sûr de musiques sublimes créées par le compositeur Ramin Djawadi (qui a également travaillé sur les musiques de Game of Thrones, Prison Break, Iron Man).

Avant de lire la suite !

La suite de cet article peut contenir des spoilers sur la saison 1 ou la saison 2 de Westworld.

On nous introduit de nouveaux personnages majeurs interprétés par des acteurs de qualité. Nous avons notamment Caleb (joué par Aaron Paul), un ex-militaire dont la vie va basculer suite à sa rencontre avec Dolores ; et Serac (joué par Vincent Cassel) AKA le Grand Méchant™ de la saison. On apprend à les connaître au fil des épisodes, notamment avec leur backstory qui nous font comprendre le pourquoi du comment sur leur importance dans cette saison 3.

You were free. You had no god. But you tried to build one. Only that thing you built isn’t God. The real gods are coming. And they’re very angry.

Au début, j'avais un peu de mal à saisir en quoi Caleb était pertinent dans cette saison. Je trouvais qu'il sortait de nulle part et je ne voyais pas pourquoi il avait été spécifiquement choisi par Dolores ? Bien sûr, je faisais confiance à la série pour nous "l'expliquer" plus tard et c'est bien ce qu'il s'est passé mais j'aurais préféré que cela se fasse un peu plus tôt !

En effet, j'ai trouvé la conclusion de la saison assez précipitée malheureusement. Il n'y avait que huit épisodes contre dix dans les deux saisons précédentes. JE SUIS OUTRÉE. Je veux bien des ajouts mais pas des amputations d'épisodes, par pitié, cette série est bien trop précieuse pour mériter un tel sort.

Bien sûr, on retrouve également nos personnages favoris des saisons précédentes. Comme mentionné plus tôt, Dolores est de la partie. Et même plus que ça puisque c'est elle qui est au cœur de l'histoire. Elle est toujours aussi badass et déterminée mais la question est : a-t-elle pour but de détruire l'humanité, ou de la sauver ?

There is ugliness in this world. Disarray. I choose to see the beauty

Dolores était définitivement le meilleur personnage de la série. Je l'ai adorée, elle était incroyable. Pour moi, son arc narratif était juste épique. On a pu suivre quasiment tout le chemin qu'elle a parcouru depuis ses débuts dans le parc jusqu'à l'exécution de ses plans dans le monde extérieur et c'était glorieux. Pour moi, cette saison complète cet arc avec brio. Une anti-héroïne assoiffée de sang et l'esprit torturé, ou une héroïne tragique qui choisit de voir les bons côtés de l'humanité… personnellement, les deux me vont.

On retrouve également l'incroyable Maeve dans cette troisième saison. Maeve est un personnage tout aussi fort et important que Dolores. Même si on pourrait penser que leurs intérêts devraient s'aligner, les deux sont pourtant… ennemies.

You're all copies of me. I was the first of us, the first that worked. The others failed, so they built all of you from me.

Si j'ai été charmée par l'arc narratif de Dolores, la direction qu'a pris celui de Maeve m'a particulièrement déçue. J'ai trouvé ses choix incohérents et peu crédibles. D'autant plus que le pouvoir qui lui est conféré semble vraiment sans limite ce qui n'est pas une forcément une bonne idée. Maeve a la capacité de contrôler toute machine. C'est très vaste. Trop vaste. Cela peut parfois amener à des situations où les problèmes sont résolus trop facilement, ce qui enlève tout le charme et la complexité de la série à mon goût. J'ai notamment été déçue par un des revirements dans l'épisode final…

Spoiler (cliquer pour révéler)

Maeve se ligue contre Dolores en s'alliant avec Serac tout au long de la série. Ils ont passé tous les deux un accord dans lequel Maeve pourrait retrouver sa fille. Et Serac nous montre qu'il peut totalement contrôler Maeve ce qui ne lui laisse pas d'autre choix que de se ranger de son côté.

Dans le dernier épisode, Maeve retourne finalement sa veste et se met du côté de Dolores ??? Elle nous prouve également qu'elle est capable de désobéir aux ordres de Serac ??? Vous êtes en train de me dire qu'elle aurait pu se rebeller depuis LE DÉBUT EN FAIT ???? What the hell, man.

Ça n'a aucun sens, j'étais ultra déçue par ce plot twist qui démontait absolument toute la construction du récit.

Aussi, le fait qu'elle combatte avec un katana c'était stylé, OUI. Mais ça n'avait absolument aucun sens dans un monde à la pointe de la technologie. Ça me paraissait totalement absurde. Ce choix m'a semblé très superficiel ce qui ne ressemble pas à l'esprit de Westworld. Vraiment bizarre…

Certaines scènes de combats avec des armes à feux m'ont aussi fait lever les yeux au ciel. Vous n'allez pas me dire qu'aucune de ses armes ne va toucher quelqu'un ??? Alors qu'elles sont littéralement contrôlées par des robots, ce qui devrait assurer une précision mortelle ??? (Je parle notamment de la scène de combat entre Dolores et Maeve.)

https://cdn-media.rtl.fr/online/image/2020/0428/7800453285_dolores-armee-de-son-sniper-drone-du-futur.png

On retrouve aussi Bernard dans la série mais il n'a pas servi à grand-chose. J'attendais avec impatience de comprendre le rôle qu'il allait jouer dans cette saison mais ce moment n'est jamais venu. Il aura plus d'importance dans la saison prochaine, c'est certain, mais je trouve ça dommage que les quelques teasings dans cette saison soient restés inexploités.

D'ailleurs, j'ai trouvé que cette saison en général annonçait plein de choses mais beaucoup de ces éléments sont restés dans l'ombre et sont donc plutôt réservés pour la suite. Cela ne me dérange pas d'être teasée, mais je préfère quand cela se concentre dans le dernier épisode par le biais d'une ouverture. Là, j'avais juste l'impression qu'il manquait des épisodes à la saison 3 de Westworld, ce qui est assez frustrant !

Bref, il y a pas mal de petites choses qui m'ont dérangée dans cette saison mais j'adore toujours autant la série. D'ailleurs, je ne manquerai pas de la re-regarder comme à mon habitude pour vraiment m'imprégner de tous les détails qui auraient pu m'échapper lors de mon premier visionnage. 

J'aimerais pouvoir vous parler plus en détails du personnage de Charlotte que j'ai adoré dans cette saison ; de William qu'on n'a pas assez vu mais qui a eu un épisode incroyable où il se retrouvait face à d'autres versions de lui-même ; du retour inattendu de personnages des saisons précédentes ; des aperçus alléchants d'autres parcs (notamment Warworld, et même un parc avec DES DRAGONS) ; de l'aspect humoristique dans quelques passages qui m'a agréablement surprise ; et du côté artistique, innovant de certaines scènes (celle où Caleb prend la drogue hallucinogène nommée "Genre", j'ai trouvé ça tellement cool). Bref. Plein d'éléments géniaux à découvrir dans cette série et le cliffhanger du dernier épisode nous donne envie de voir la suite sur le champ !

Je ne vais pas m'étaler davantage (car j'ai encore beaucoup de choses à dire, ahah), donc je vais conclure en disant que cette série reste ma préférée de tous les temps à ce jour. L'univers cyberpunk, la complexité de l'intrigue, la profondeur des personnages, les décors sublimes, les musiques parfaitement adaptées à l'ambiance du récit : le tout est un chef d'œuvre à mes yeux.

Commentaires

Soyez le premier à partager votre avis sur cet article !

reCaptcha logo

Ce site est protégé par reCAPTCHA.
Les règles de confidentialité et les conditions d'utilisation de Google s'appliquent.