Hollywood, saison 1 : un hommage aux minorités pionnières du cinéma hollywoodien

Hollywood saison 1, de Ryan Murphy et Ian Brennan

Je crois que je n'ai pas regardé cette série de la bonne façon. Je ne m'étais pas assez informée avant de la commencer. Tout ce que je savais, c'était qu'il s'agirait d'une série signée Ryan Murphy mettant en avant les minorités dans le monde du cinéma hollywoodien dans les années 40. Ayant déjà regardé quelques unes des créations de Ryan Murphy (Glee, Scream Queens, The Politician), je me faisais déjà une petite idée du style de série que je m'apprêtais à regarder, c'est-à-dire quelque chose de plutôt léger, très coloré et décalé.

En revanche, ce que je ne savais pas, c'est que cette série se baserait sur des faits réels et qu'il s'agirait d'une réimagination de l'histoire du cinéma hollywoodien. Je pensais que le cadre dans lequel se déroulerait l'histoire ne servirait qu'à l'aspect esthétique old-school/vintage de la série et que les personnages seraient totalement fictifs. Certains personnages le sont effectivement, mais d'autres sont bel et bien des personnalités qui ont existé.

Pour résumer, Hollywood se base donc sur des faits réels et propose une histoire alternative de l'âge d'or de l'industrie du cinéma américain, où les minorités y tiendraient une place de pouvoir. Dans un monde aussi impitoyable que celui du cinéma, c'était rafraîchissant de voir des personnages persévérer et atteindre leurs objectifs quelque soit leur genre, leur origine ou leur orientation sexuelle.

Malheureusement, j'étais assez ignorante de tous ces faits et donc mes premières impressions sur la série sont plutôt négatives.

  • Je n'ai pas aimé certains acteurs. Ce point n'a rien à voir avec l'histoire, et il provient d'un avis purement personnel. Je parle principalement de David Corenswet dans le rôle de Jack, Laura Harrier dans le rôle de Camille, Samara Weaving dans le rôle de Claire Wood et Jack Picking dans le rôle de Ruck Hudson. Je ne me suis pas du tout attachée aux personnages et encore moins à ceux-là, notamment parce que je trouvais les acteurs sans saveur. Ils étaient juste beaux ???? Mais sinon, je les trouvais ultra niais et creux. Je ne sais pas comment décrire ce sentiment, mais en tout cas, ils n'ont pas réussi à me convaincre dans leur rôle…
  • Comme je viens de le dire, je ne me suis pas attachée aux personnages tout au long de la série et c'est un point qui affecte énormément mon avis dans les séries que je regarde.
  • Le thème sur la prostitution et les abus sexuels dont sont victimes les personnages était trop présent à mon goût et cela m'a vraiment empêchée d'apprécier l'histoire. Je suis consciente qu'il s'agit d'un réel problème de l'époque (et qui perdure encore aujourd'hui malheureusement) mais je ne m'attendais pas à ce que TOUS les épisodes tournent autour de ça. Je voulais voir davantage de choses liées aux personnages et au cinéma de l'époque (les castings, les tournages, etc).

Cependant, après avoir fait quelques recherches sur la série, je me suis mise à réévaluer mon avis sur Hollywood.

De savoir que certains personnages ont réellement existé m'a fait tout remettre en perspective. J'avais l'impression de considérer la série sous un tout nouveau jour. Et là, mon avis est déjà plus positif car je trouve les faits qui se cachent derrière les personnages réels ultra fascinants. Le fait que Hollywood réinvente leur histoire de manière plus optimiste a rempli mon cœur de joie.

MAIS. D'un autre côté, je me dis aussi que cela peut être quelque peu problématique de réécrire l'histoire d'une actrice d'origine asiatique avec une fin heureuse alors qu'en réalité, son histoire ne se termine pas aussi bien. De même pour l'acteur homosexuel de la série qui a pu faire son coming-out dans Hollywood, mais qui a dû le cacher durant toute sa carrière dans la vraie vie…

Mon avis est donc très mitigé. D'un côté, on a une vision plutôt optimiste qui donne de l'espoir, mais de l'autre, on a aussi une vision erronée, embellie de la (dure) réalité. Est-ce réellement une bonne chose ?

Photo Darren Criss, David Corenswet, Jake Picking, Jeremy Pope

Le dernier épisode est celui qui m'a le plus touchée (même sans savoir que la série se basait sur des faits réels) et cela à tel point que des larmes ont coulé !!!! Et maintenant que j'en sais un peu plus sur les véritables personnalités qui se cachent derrière nos protagonistes, j'en suis encore plus touchée (Rock Hudson, Anna May Wong, Hattie McDaniel). Ryan Murphy leur a imaginé la fin heureuse qu'ils méritaient. C'était juste trop beau et émouvant. (L'histoire de Anna May Wong est celle qui m'a le plus touchée tbh.)

Mais, encore une fois, cette manière de leur rendre hommage n'est-elle pas problématique ?

Spoiler (cliquer pour révéler)

Rock Hudson

Dans la série, Rock a finalement pu avouer son homosexualité au grand public, mais bien sûr, il s'agit-là d'une réimagination de son histoire car à l'époque, le simple fait d'être gay aux États-Unis était interdit. Dans la réalité, un magazine contacta l'agent de Rock Hudson (Henry Willson joué par Jim Parsons dans la série) pour le prévenir que l'homosexualité de son client serait divulguée. Willson échange alors le silence du magazine avec des informations secrètes concernant deux de ses autres clients. L'agent de Rock Hudson n'a donc pas hésité une seconde pour balancer ses protégés au profit de sa plus grande star, lui assurant donc une carrière sans obstacle. Willson le fera tout de même épouser sa secrétaire afin de sauver les apparences.
(source : http://www.allocine.fr/article/fichearticle_gen_carticle=18689885.html)

Henry Willson

Henry Willson était le personnage le plus détestable de la série et le fait de savoir que cet homme a réellement existé me dégoûte encore plus. Dans la série, il a le droit à une sorte de moment de rédemption, mais honnêtement, je suis bien contente que le personnage de Rock Hudson dans la série ne le pardonne pas. Ce qu'il a fait est impardonnable, injustifiable et tout bonnement écœurant. Le véritable Henry Willson s'entourait également de jeunes hommes pour leur demander des services sexuels en échange d'un coup de pouce pour leur carrière. IGNOBLE.
(source : http://www.allocine.fr/diaporamas/series/diaporama-18689749/?page=4)

Anna May Wong

Cela m'a beaucoup touchée de voir Anna May Wong remporter son Oscar dans le dernier épisode de la série. Le fait de connaître désormais son histoire montre que cette scène était d'autant plus émouvante. Dans la réalité, l'actrice Anna May Wong a toujours joué des rôles clichés en raison de ses origines chinoises. Et malheureusement, la chance de pouvoir enfin jouer un rôle digne de ce nom lui passa sous le nez à cause d'une charte de censure interdisant que des acteurs d'ethnies différentes se touchent au cinéma. Sa place est alors prise par une actrice allemande, un choix inadapté pour le rôle puisqu'elle est engagée pour jouer une femme chinoise. Anna May Wong quitta l'Amérique pour tenter sa chance en Chine.
(source : http://www.allocine.fr/diaporamas/series/diaporama-18689749/?page=3)

Peg Entwistle

Le scénario du film Meg tourné dans la série se base sur la tragique histoire de Peg Entwistle. La jeune actrice s'est suicidée à l'âge de vingt-quatre ans, se jettant du haut de la lettre H du fameux panneau Hollywoodland.
(source : http://www.allocine.fr/article/fichearticle_gen_carticle=18689889.html)

Hattie McDaniel

Hattie McDaniel (jouée par Queen Latifah dans la série) est la première actrice Noire à recevoir un Oscar pour son rôle de domestique dans Autant en emporte le vent. Il s'agit d'une récompense historique mais qui fut malheureusement insuffisante pour faire décoller sa carrière. En effet, seuls les rôles de servante continuèrent à lui être proposés.
(source : http://www.allocine.fr/diaporamas/series/diaporama-18689749/?page=5)

La station-service/maison close

La station-service qui se retrouve dans la série a réellement existé. Elle appartenait à Scotty Bowers et offrait des services très spéciaux à ses clients, tout comme dans la série. Le garage était prisé par les plus grandes stars hollywodiennes.
(source : http://www.allocine.fr/article/fichearticle_gen_carticle=18689938.html)

Hollywood est finalement une série empowering ultra optimiste, remplie d'espoir et de courage. Le dernier épisode m'a achevée. Même si mon appréciation a été quelque peu ternie par mon ignorance sur les fondements de la série (et aussi par les acteurs, on ne va pas se mentir), Ryan Murphy a tout de même rendu un bel hommage aux minorités pionniaires du cinéma hollywoodien.

Ceci étant dit, je pense qu'il y avait d'autres façons de le faire en évitant de réécrire l'histoire vraie des acteurs de l'époque car, à mes yeux, cela minimise les épreuves de leur vie. Les fins heureuses n'auraient dû être accordées qu'aux personnages fictifs car je ne pense pas qu'il soit raisonnable d'ignorer les obstacles biens réels auxquels les minorités de cette époque ont dû faire face.

Commentaires

Soyez le premier à partager votre avis sur cet article !

reCaptcha logo

Ce site est protégé par reCAPTCHA.
Les règles de confidentialité et les conditions d'utilisation de Google s'appliquent.