Children Of Blood And Bone

Legacy of Orïsha tome 1, Children Of Blood And Bone de Tomi Adeyemi

We are all children of blood and bone

Je suis superficielle au point d’être attirée par les livres qui sont au sommet de la hype. Et Children of Blood and Bone est définitivement la sortie la plus populaire du moment. Il fallait donc que je le lise. Obviously.

Mais j’avoue que ce n’est pas la seule raison. La couverture et le résumé m’ont également donné très très envie.

  • La couverture est juste SUBLIME. Les cheveux et les yeux clairs combinés avec une peau foncée, c’est vraiment ce que je trouve de plus beau. 
  • Le résumé est attrayant : dans un univers inspiré de l’Afrique de l’Ouest, Zélie est chargée de faire revenir la magie qui a complètement disparu il y a plus de dix ans. Depuis ce jour, le peuple des maji est persécuté par le roi qui ne cesse d’exprimer sa haine envers eux. C’est avec l’aide de son frère et d’une princesse en fuite que Zélie va se mettre en route pour accomplir sa destinée. Mais à ses trousses, nous avons la garde royale menée par l’impitoyable Prince Inan qui va tout faire pour empêcher le retour de la magie dans le monde…

L’univers est ce qui m’a le plus plu. C’est la première fois que je lis un livre du genre fantasy inspiré de la culture africaine et honnêtement, j’ai très envie d’en lire davantage. DONNEZ-MOI DES LIVRES INSPIRÉS DE CETTE MAGNIFIQUE CULTURE ET DE CES PAYSAGES INCROYABLES.

La plume de l’auteure est magnifique et addictive, pas de regret de ce côté-là. J’ai été happée dès les premiers pages du livre. D’ailleurs, en lisant les premiers chapitres, j’étais convaincue que ce livre allait être un véritable coup de cœur. Imaginez ma déception quand je me suis rendue compte que ce livre tombait en réalité dans la catégorie “comme-tous-les-autres-YA-que-j’ai-déjà-lus”.

Oui, parce qu’au final, Children of Blood and Bone ne m’a pas complètement renversée. Je suis restée sur ma faim. Beaucoup de potentiel qui n’a pas été exploité comme je l’aurais aimé. Quel dommage.

If they burn our homes— I burn theirs, too. 

C’est au niveau des personnages que ça coince. Ils manquaient de complexité, de profondeur. J’ai bien aimé l’idée de leur personnage, du rôle qu’ils avaient à tenir, de leur personnalité (Zélie, une fille forte qui a vu sa mère mourir sous ses yeux ; Amari, une princesse en fuite qui se rebelle contre son père ; Inan, un prince rongé par ses propres démons….) mais pas l’exécution. Au final, je ne me suis pas assez attachée aux personnages.

  • Zélie. Ma préférée. Badass, forte, déterminée… mais noyée par les autres points de vue (ce livre alterne trois points de vue différents). Elle reste au final assez banale par rapport à toutes les héroïnes fortes que l’on retrouve dans les livres de YA alors qu’elle aurait pu être tellement, tellement plus que ça. Sans parler du fait qu’à un certain point dans l’histoire, elle est carrément devenue The Chosen One™ et ça m’a vraiment agacée.
  • Amari. Je ne sais pas pourquoi mais c’est celle que j’ai le moins aimée. Elle avait tellement de potentiel trop peu exploité que ça m’a tout de suite refroidie. Une princesse qui rejette ses privilèges et qui se bat pour un peuple opprimé ? YASS. Mais elle aussi manquait de profondeur. J’ai juste aimé sa forte connexion avec son amie qui a été tuée au début (ce n’est pas un spoiler, ça arrive très vite dans le livre). Malheureusement, même cet aspect n’a pas été exploité comme je l’aurais voulu. Ça ne m’aurait pas dérangée qu’il y ait plus que de l’amitié entre elles par exemple. Ça aurait été vraiment plus tragique. Mais non, Amari va se rapprocher du frère de Zélie et c’est là que tous mes rêves sont tombés à l’eau car JE NE SHIP PAS. Et du coup, il n’y a vraiment eu aucune allusion sur le fait qu’elle puisse être gay ce qui aurait carrément pu sauver une bonne partie de ce bouquin. Il y aurait au moins eu un personnage acceptable dans cette affaire.
  • Inan, le frère de Amari. Le beau prince ténébreux. *tousse* *tousse* C’est le personnage qui m’a le PLUS déçue et qui a limite fait foirer toute mon appréciation de ce livre. Encore un potentiel gâché. Il devait représenter le Vilain complexe et torturé à la poursuite de nos héros. Mais non, il est plus gentil que méchant et quand il essaye d’être menaçant, ça ne fonctionnait tout simplement pas. La tension autour de son personnage était mal gérée du coup ce n’était pas crédible. Je suis triste. C’était ce personnage qui m’avait le plus intriguée en lisant le résumé du livre...

Le dernier point qui m’a fait lever les yeux au ciel : la romance. Ce livre n’avait tout simplement PAS besoin de romance. Et puis comme j’ai été déçue par Inan, je l’ai encore plus été quand Zélie et Inan se sont rapprochés. C’était censé être une relation love/hate excitante mais comme je le disais plus haut, Inan n’est pas un antagoniste assez fort pour jouer ce rôle. Déception intense. Encore et encore.

Je voulais mettre deux étoiles à ce livre, mais quand j’ai repensé au début du livre que j’ai beaucoup aimé, à la plume de l’auteure et à l’univers riche et unique, j’ai finalement décidé de récompenser Children of Blood and Bone d’une étoile supplémentaire. J’ai besoin de plus de livres de fantasy inspirés de cultures aussi diverses que celles-ci dans ma vie.

Commentaires

Soyez le premier à partager votre avis sur cet article !

reCaptcha logo

Ce site est protégé par reCAPTCHA.
Les règles de confidentialité et les conditions d'utilisation de Google s'appliquent.