Altered Carbon, saison 1

Altered Carbon saison 1, de Laeta Kalogridis

La nouvelle série blockbuster de Netflix est enfin sortie. Altered Carbon a placé la barre très haute, surtout au niveau de son budget qui est l’un des plus importants des productions Netflix !

L’histoire est adaptée des romans de science-fiction de Richard K. Morgan. Dans un futur éloigné, les hommes ont réussi à vaincre la mort en stockant leur conscience et leurs souvenirs dans des “stacks”. Ainsi, ils peuvent s’implanter dans de nouveaux corps autant de fois qu’ils le souhaitent. Évidemment, ce procédé ne reste pas à la portée de n’importe qui. Le monde appartient aux plus riches…

photo

Takeshi Kovacs, un ex-mercenaire condamné à vie pour avoir participé à un mouvement révolutionnaire, est ramené à la vie 250 ans plus tard. Il doit cette nouvelle opportunité à Laurens Bancroft, l’un des hommes les plus riches et les plus puissants du monde. C’est une seconde chance qui s’offre à Takeshi, mais celle-ci à un prix. En effet, il doit retrouver le meurtrier de Laurens. Bien sûr, ce dernier n’est pas réellement mort car sa conscience a été sauvegardée puis transférée dans un nouveau corps à la suite du tragique événement. Mais Laurens n’a aucun souvenir de ses derniers moments et confie donc l’enquête à Takeshi en échange de sa liberté.

J’avais très envie de me plonger dans ce nouvel univers de science-fiction. Et avec la promesse de visuels époustouflants, d’une intrigue prenante et d’un casting séduisant (Joel Kinnaman vu dans Suicide Squad, Dichen Lachman vue dans The 100, Hayley Law vue dans Riverdale), je n’ai pas hésité à me lancer dans cette série dès sa sortie.

photo

J’avais bon espoir que Altered Carbon devienne un coup de cœur. Malheureusement, ce ne fut pas le cas. Je suis tombée de très haut et j’en ressors plus déçue que satisfaite.

Le premier épisode m’en a tout de suite mis plein la vue. Je me suis dit “ça y est, je suis amoureuse de cette série, elle va être géniale”. Et puis c’est à partir de là que mon enthousiasme s’est peu à peu affaibli. Je suis trop triste.

J’ai trouvé la série, dans son ensemble, ennuyeuse, comparé à ce qui nous était promis. En connaissant les prémices, on ne peut s’attendre qu’à des épisodes épiques remplis d’action et de suspens et d’adrénaline. Mais ce n’est pas le cas. Les dix épisodes de la première saison m’ont paru interminables.

Je ne parle même pas du fait que le personnage principal, Takeshi, soit à la base asiatique (Will Yun Lee) puis ramené à la vie en tant que caucasien (Joel Kinnaman). De nos jours, ce n’est pas forcément le meilleur choix et c’est même plutôt problématique. Même si on voit souvent des flash-backs sur la vie de Takeshi avant sa mort, on comprend très bien que le héros principal reste le Takeshi joué par Kinnaman.

photo

En parlant des personnages, je ne me suis attachée à aucun d’eux et c’est vraiment une grande déception. Mise à part peut-être Kristin Ortega (Martha Higareda) et Poe (Chris Conner), je n’ai rien ressenti pour les autres. Encore moins pour Takeshi censé être le personnage principal, tout de même.

Les dialogues laissent à désirer. Certaines répliques se veulent philosophiques mais ça fait tellement cliché que ça m’a plus fait lever les yeux au ciel qu’autre chose. Les personnages manquent également d’humour, un élément qui aurait été le bienvenu pour moi.

photo

J’ai bien aimé Kristin parce qu’elle est juste badass et j’adore quand elle s’énerve en espagnol, c’est génial. De plus, on s’attache facilement à elle car elle est souvent entourée de sa famille, surtout de sa mère, avec qui elle entretient un lien fort.

Quant à Poe, je l’aime parce que c’est une Intelligence Artificiel un peu psycopathe, ahah. Que dire de plus ? J’ai un faible pour ce genre de personnage qui est censé être plus robot qu’humain, mais qui est en réalité plus humain que tout le reste. Juste adorable et trop précieux pour ce monde.

photo

L’intrigue de l’histoire m’avait beaucoup plu au départ. J’aime résoudre des mystères. Et l’enquête sur le meurtre de Laurens promettait exactement ça en y ajoutant une touche de science-fiction et personnages badass, je dis oui. Mais j’ai justement trouvé l’intrigue plus brouillon qu’autre chose. Je ne comprenais pas la moitié des choses qui se passaient et je devais vraiment me concentrer pour espérer m’y retrouver. Aujourd’hui encore, certaines choses ne sont pas très claires pour moi.

J’ai détesté le Grand Méchant de la saison. Je n’ai pas aimé ses motifs. La seule chose que j’ai aimé c’était sa badasserie.

Spoiler (cliquer pour révéler)

La sœur de Takeshi qui veut absolument avoir son frère pour elle toute seule. Ugh. Elle aurait pu me plaire en tant que vilain de l’histoire, mais ça n’a pas été le cas. Elle m’a plus agacée qu’autre chose et je l’ai trouvée mal intégrée dans l’histoire. Ça faisait trop de choses. Ça se voit qu’elle a été rajoutée uniquement pour la série. Par contre, je la trouve sublime et badass donc ça rattrape un peu, ahah.

La nudité dans cette série est présente mes amis. Puisque ça fonctionne pas mal dans Game of Thrones, pourquoi pas en mettre un peu dans Altered Carbon, n’est-ce pas ? Il y a carrément une scène entière de combat avec une femme nue. #awkward Oui parce que la plupart des personnes montrées complètement nues à l’écran sont des femmes, hein.

photo

Néanmoins, les femmes dans cette série sont majoritairement fortes. Je peux citer Kristin (Martha Higareda), Quellcrist (Renée Elise Goldsberry), Lizzie (Hayley Law) et la sœur de Takeshi (Dichen Lachman). Yay, ça fait pas mal de femmes badass tout ça. Et je crois que Kristin a tout simplement eu les MEILLEURES scènes de combats. Oh mon dieu.

D’ailleurs, l’un des points positifs de la série sont les combats qui sont merveilleusement chorégraphiés !

Autre point positif, et c’est le plus évident : les visuels de la série. Un des plus gros budgets de Netflix ?? Ça se voit ! J’ai été bluffée du début jusqu’à la fin. J’avais l’impression de voir un film ! Sauf que c’est une série de dix épisodes ! WHAAAT.

photo

C’est juste génial d’avoir créé un univers aussi complexe et vivant pour une série de sci-fi, c’est du jamais vu. Les couleurs, les décors, les effets, TOUT. Un vrai régal pour les yeux. Je recommande cette série rien que pour ça.

Bref, malgré des promesses alléchantes, Altered Carbon n’est pas parvenu à me transporter. Un bel emballage avec un fond creux. Quel dommage.

Commentaires

Soyez le premier à partager votre avis sur cet article !

reCaptcha logo

Ce site est protégé par reCAPTCHA.
Les règles de confidentialité et les conditions d'utilisation de Google s'appliquent.